Skip to main content

Par rapport à la procédure de sélection

Chers amis,

Après avoir postulé pour le poste de coordinateur j’ai fait partie de la première sélection et j’ai été invité aux examens qui ont eu lieu le samedie dernier.

J’ai essayé de vous contacter avant cette date pour connaître l’orientation de cette recherche et surtout la forme du « test écrit » ceci afin de nous épargner du temps à vous ainsi qu’à moi-même. Mais malheureusement je ne pas eu l’opportunité de vous parler.

Après ce simple « Nous t’informons que tu n’as pas été sélectionné » de votre part suite à ce test, je souhaite partager avec vous quelques réflexions et sentiments par rapport à cette procédure de sélection.

Un test écrit à la main comme moyen de sélection

Personnellement, je suis dyslexique, un trouble d'apprentissage, d’automatisation. J’en ai la connaissance depuis le 16 janvier 2015. Pourquoi ne pas vous en avoir parlé avant ? Sans doute parce que je suis encore dans un processus de prise de conscience. A l’époque, j’ai quitté l’école avec un baccalauréat, car j'avais un ras le bol de l’école et surtout du jugement permanent à cause de mon écriture et mes fautes orthographes.

Aujourd’hui à l'université, les étudiantes qui sont dyslexiques bénéficient d’aménagements comme par exemple leur permettre l’utilisation d’un ordinateur pour passer leurs examens ou leur donner d’avantage de temps. Bref, la technologie est utilisée pour créer des conditions d’égalité avec les autres étudiants.

Le test écrit pour le poste de coordinateur pour le service Nord fait le contraire. Un test écrit à la main crée une situation atypique pour la pratique car nulle part on travaille encore aujourd’hui sans ordinateur. Pour des gens comme moi, des non-universitaires avec une mauvaise écriture, c’est un désavantage énorme.

Un test qui ne mesure pas les compétences ni les aptitudes d’une personne

Comme d’autres militants du MOC, j’ai quitté l’école après avoir fini mes études secondaires à l’âge de 18 ans. Après cinq ans d’expérience comme ouvrier et militant (j’inclus ici ma formation professionnelle), la JOC m’a demandé de devenir « Freigestellter » (vrijgestelde (NL), liberado (ES)). Durant cette période comme permanent et encore aujourd’hui, j’ai, entre autre, appris à travailler en allemand, français, anglais, espagnol et en néerlandais. Ce qui est extrêmement rare pour quelqu’un de dyslexique.

Deuxièmement, de mon point de vue, un test qui met le focus sur des connaissances (dont une partie importante sur les connaissances linguistiques) et moins sur la compréhension, les compétences et les aptitudes recherchées n’aide pas à identifier un coordinateur qui sait faire mouvement comment décrit dans l’offre d’emploi sous le titre « fonction » (deux premier points).

Mes limitations d’automatisation (la dyslexie) m’ont forcé à développer d’autres compétences comme la capacité d’analyse ou de synthèse que je maîtrise bien. Mon savoir être à l’écoute et ma persévérance sont également extrêmement développés. Mais comment montrer ces compétences par un test écrit de connaissances qui ne permet pas de présenter mon expérience ?

D’après mon expérience, il y a beaucoup des militants dans notre mouvement qui ont des capacités extraordinaires de travailler la coordination, la formation ou de développer des stratégies et de les mettre en pratique mais qui n’ont jamais réussi à montrer leurs compétences dans des examens.

L’objectivité qui exclut

Je n’ai pas eu le sentiment que le test m’a permis de me montrer tout ce que je sais faire. Je ne dis pas qu’il faut engager une personne seulement parce qu’elle fait partie du mouvement ouvrier depuis longtemps. Mais, il ne faut pas non plus oublier l’expérience connue et reconnue d’une personne sous couvert d’ « objectivité ». Il me semble qu’il serait pertinent comme cela a été le cas dans le passé, de chercher activement les militants dans notre mouvement et de les motiver à se présenter à ce type de fonction, mais aussi de garantir qu’ils aient une véritable chance d’être choisi en faisant en sorte que les connaissances et compréhensions ne priment pas l’expérience ! En voulant être objectif et en mentionnant seulement ses initiales sur le test écrit, on anéanti cette possibilité !

Les procédures qui se veulent « objectives » excluent les expériences militantes de notre mouvement et font perde tout ce « capital humain » ! Personnellement, j’ai eu trop des réponses du type « vous n’avez pas réussi l’examen écrit » et je connais trop bien mon parcours dans le mouvement pour continuer à me faire juger par des responsables des services personnel. En conséquence, c’est la dernière fois que je postule pour un poste dans le Mouvement ouvrier chrétien.

Depuis le début de mon engagement à la KAJ, je suis responsable pour les questions d’engagement du personnel. J’ai toujours été attentif aux procédures qui permettent de sélectionner la bonne personne et surtout aux processus qui permettent d’identifier les compétences et les aptitudes d’une personne. Sur cette base, je peux vous dire qu’un tel examen n’est pas le bon moyen. Il faut rencontrer l’individu !

Pour être franc, mon niveau de français n’atteindra jamais celui d'un francophone. Je ne suis pas francophone et j’ai de la dyslexie. Je peux donc parfaitement accepter que je ne suis pas le candidat que vous cherchez. Toutefois, si vous dites que je ne conviens pas parce que je ne suis pas détenteur d’un diplôme de l’enseignement supérieur, il ne fallait pas m’inviter à passer le test écrit. Si le diplôme n’est pas un critère, il faut changer la procédure de sélection.

Si vous ne le faites pas pour moi, j’espère que vous allez prendre en considération les éléments ci-dessus pour d’autres militants et d’autres postes vacants.

Comments

Popular posts from this blog

Refugee Children and Families in Europe: Integration vs. Inclusion

De humanitaire crisis, als het over de vraag gaat de (oorlogs-)vluchtelingen op te nemen en te helpen, is misschien de grootse uitdaging voor onze (westerse) maatschappijen aan het begin van dit 21ste eeuw. De vraag is veel ruimer dan wel of niet in staat zijn deze (mede-) mensen in hun ellende bij te staan en hen een onderdak te bieden.

Onze westerse democratieën moeten de vraag beantwoorden of wij nog tot de principes die ons fundament vormen willen staan, of de mensenrechten zoals in de ‘Universele Verklaring van de Rechten van de Mens’ van 10 december 1948 nog van toepassing zijn en hoe deze in de praktijk vorm krijgen. Of, om het met de woorden van Hans Van Crombrugge te zeggen: “The question: How to deal with the universal rights of (wo)men? is not the same as the question: How to do justice to the fundamental needs of (wo)men?.”

De manager van de 21ste eeuw is een vrouw

Voor huidige bedrijven zijn een aantal managementcompetenties cruciaal om verwachte en toekomstige uitdagingen tegenaan te gaan. Om bedrijven voor de toekomst klaar te stomen zijn leiderschapseigenschappen zoals ‘intellectuele aanmoediging’ of ‘participatieve besluitvorming’, die meer door vrouwen toegepast worden, nodig om creativiteit en innovatie te ontwikkelen (McKinsey & Company, 2008, pp. 9-14).

Maar niet alleen voor bedrijven en puur economische doeleinden zijn vrouwelijke verantwoordelijken van uiterste belang. Ook in alle soorten organisaties, van gezinnen tot NGO’s spelen vrouwen een belangrijke rol en draagt hun vrouwelijke aanpak bij tot de ontwikkeling van de organisatie zelf, het welbevinden van alle actoren en het algemene werkklimaat. Vrouwen worden vandaag grotendeels uitgesloten van posities van macht en invloed. In deze integratietekst zullen we uitgebreid bespreken hoe een gelijkwaardige participatie van vrouwen voor vooruitgang zou kunnen zorgen.
De manager va…